Na grani

Non diffusé

Néons blancs, matériaux métalliques et corps à l’échauffe.
Na Grani
, une danse puissante forgée par la rencontre exceptionnelle des cinq danseurs russes qui ont rejoint les interprètes de S’poart.

Plus qu’une compagnie, presqu’une famille.
Depuis sa fondation dans le creuset du mouvement hiphop en 1996, S’poart a su garder intact son désir d’une danse en constante évolution basée sur la performance. La compagnie et les créations sont un espace d’expression, d’initiatives et de rencontres.

Poursuivant le travail sur les matériaux, l’architecture et le corps qui a donné son univers particulier à leur précédent spectacle, In Vivo, S’poart élargit son équipe et entre dans une autre dimension avec Na Grani.

Le projet singulier du chorégraphe Mickaël Le Mer se fonde sur un voyage marquant à Ekaterinbourg.
Cette ville de Russie située à la frontière de l’Europe et de l’Asie, dans l’Oural est un centre industriel. Son histoire particulière et les danseurs qu’il y a rencontrés ont ouvert la voie de ce nouveau spectacle. Labeur poétique, en résonance avec la mémoire des corps, forgé par l’exploration des limites et frontières du geste, mais aussi par la richesse des différences que chacun porte en soi.

Irène Filiberti

Après plusieurs voyages à Ekatérinburg (Russie) en 2009, Mickaël Le Mer et la Compagnie S’Poart proposent une création chorégraphique dans le cadre de l’année croisée France Russie.
«Na grani» s’inscrit dans la continuité du précédent spectacle «In Vivo».
L’intention première est d’exprimer sur scène une humanité où chacun existe, loin des clichés, dans une richesse individuelle nourrie de son rapport aux autres.
Les 10 interprètes, hommes et femmes, Russes et Français, danseurs hip hop et danseurs contemporains, partagent entre eux et avec le public la volonté d’être vivants et d’être différents.

Mickaël Le Mer